J’ai participé hier à l’audition de la garde des sceaux dans le cadre d’une commission élargie pour examiner le budget de la Justice pour 2018. L’Etat de droit a un prix et il constitue l’un des piliers essentiels de notre société. C’est la raison la mission Justice voit son budget augmenter de 3,8% pour 2018 par rapport aux années précédentes. Globalement, on peut se souvenir qu’il y a quelques années, l’objectif affiché pour le budget de la justice était de 1% du budget de l’Etat. Cette année, nous atteignons 2% du budget de l’Etat pour la justice. Nous ne pouvons que nous en féliciter. C’est une excellente nouvelle pour les justiciables.

Comme la garde des sceaux nous l’a dit, la loi de programmation qui sera examinée au cours du premier semestre verra le budget de la justice augmenter de plus 900 Millions d’Euro et permettra une vraie transformation de notre justice. Mais nous pouvons affirmer que cette transformation débute dès à présent. Nous pouvons le voir avec les efforts budgétaires consacrés à la numérisation du ministère et des procédures. Nous pouvons le voir aussi avec le budget consacré à la rénovation immobilière don le budget augmente nettement. C’est là un très bon signe pour le Tribunal de Perpignan et sa rénovation. Nous reparlerons de ce sujet dans quelques semaines.

C’est aussi un budget qui prévoit la création de 1000 emplois en 2018 sur l’ensemble du Ministère. C’est une excellente nouvelle pour ce que la Garde des Sceaux appelle la justice du quotidien. Cette justice du quotidien pâtit souvent de délais excessifs. La simplification des procédures que nous pouvons attendre de la loi de programmation à venir tant en matière civile qu’en matière pénale viendra soigner nous pouvons l’espérer ce mal récurrent. Il en sera de même de la numérisation évoquée ci-dessus.
La Garde des Sceaux a évoqué aussi la question de la carte judiciaire pour répéter qu’aucun lieu de justice ne sera fermé. Seront évoqués et envisagés des spécialisations sur certains tribunaux sur certains domaines pour toujours servir une justice plus efficace au bénéfice des justiciables.

En tout dernier lieu, je voudrais insister sur le fait que c’est plus d’un demi milliard qui sera consacré à l’accès au droit des citoyens et notamment en direction des plus modestes au travers l’aide juridictionnelle. Il en est de même des budgets alloués au conseils départementaux d’accès au Droit qui connaitront une augmentation de plus de 11%.