Contrats aidés : 200 000 contrats aidés seront financés en 2018.

Dès son installation, le Gouvernement a constaté une diminution très forte du nombre de contrats aidés programmés par la majorité précédente. Pour faire face à l’urgence, près de 40 000 contrats aidés supplémentaires ont été ouverts pour 2017, alloués en priorité à l’éducation nationale, l’outre-mer, l’urgence en matière sociale et de santé et aux communes rurales.
A l’avenir, le Gouvernement ne souhaite pas supprimer les contrats aidés, mais les concentrer en priorité vers ceux qui sont les plus éloignés du marché du travail et là où ils sont indispensables à la cohésion sociale et territoriale.
C’est pourquoi, en 2018, le Gouvernement financera 200 000 contrats aidés dans le secteur non marchand, en ciblant ses efforts pour que l’outil soit pleinement efficace en matière d’insertion pour l’emploi.
La répartition des contrats aidés s’effectuera selon des priorités d’actions bien identifiées :

  • les publics prioritaires : les jeunes en insertion et les chômeurs de longue durée ;
  • les secteurs prioritaires : l’urgence sanitaire et sociale (pour laquelle le volume de contrats aidés sera maintenu) et l’accompagnement des enfants handicapés en milieu scolaire ;
  • des zones géographiques prioritaires : les communes rurales et les outre-mer, qui bénéficieront d’un nombre de contrats aidés comparable à 2017

Ces contrats aidés seront utilisés dans le cadre d’une véritable politique de l’emploi, fondée sur des dispositifs qui favorisent l’insertion professionnelle durable, grâce à la formation et à l’apprentissage.