Le projet de loi d’orientation des mobilités a été adopté le 18 juin. Son objectif est d’améliorer concrètement la mobilité au quotidien de tous les Français et dans tous les territoires. Il apporte une réponse forte aux besoins des citoyens plus ou moins éloignés des métropoles dans un pays qui manque de transports dans de nombreux territoires, à l’urgence climatique et environnementale et à la révolution de l’innovation qui va transformer les transports dans notre pays.

En premier lieu, Il s’agit de supprimer les trop nombreuses « zones blanches » dans lesquelles aucune collectivité n’est pleinement chargée de la mobilité où, in fine, la voiture individuelle est devenue le seul moyen de se déplacer. Les collectivités verront leurs compétences se simplifier et s’élargir significativement à travers la maîtrise de solutions pragmatiques telles que le covoiturage, l’auto-partage, le transport à la demande, etc … Le maître-mot étant de permettre à tous de se déplacer en développant certes le covoiturage mais aussi les offres en libre-service des voitures électriques et des trottinettes. Cette loi s’attache également à redéfinir un socle de nouveaux droits qui rééquilibrera les relations entre chauffeurs VTC, plateformes et livreurs.

Face à la dégradation progressive des réseaux routiers et ferroviaires, le gouvernement a décidé de prioriser dans l’immédiat la remise en état de l’existant plutôt que la construction de nouvelles infrastructures. Un point fort de cette réforme pour notre région est la hausse de 50% des investissements ferroviaires, soit 3,6 Md€ par an afin de permettre que la ligne à grande vitesse voit le jour entre Montpellier et Perpignan, ce qui réduirait d’une heure le temps de trajet vers Paris.

Pour Elisabeth Borne, Ministre de la transition écologique et solidaire, chargée des transports, ce projet de loi est la « traduction d’une ambition environnementale non négociable, d’une France responsable qui porte un projet cohérent pour répondre à l’urgence climatique ». L’objectif de neutralité carbone en 2050, inscrit dans la Loi, participe à la réussite d’une transition vers une mobilité plus propre, rendue possible grâce notamment à un « Plan vélo » inédit.

Cette loi d’orientation confirme les engagements pris par la France en matière environnementale et sociale mais aussi par les communes. Elle est importante pour des villes comme Perpignan qui souhaitent, et c’est indispensable, accroitre leur domaine de compétence en vue de développer leur attractivité.